De la galère des transports en commun

J’ai la chance d’être enceinte.

J’ai la chance d’avoir un travail.

J’ai la chance (?) de pouvoir associer les deux.

Voilà, tous les jours c’est le même rituel, il faut aller au bureau. N’habitant (heureusement) pas en face du bureau, je dois prendre chaque matin les transports en commun.

A Paris, on appelle ça le métro.

Dès le début de ma grossesse j’ai compris que ça serait une galère.

Au premier trimestre j’avais beaucoup de nausées et j’étais facilement sujette à l’évanouissement. Quel bonheur de s’écrouler au milieu d’une rame bondée ! Bien sur à ce stade personne ne sait que vous êtes enceinte, votre ventre est ultra plat, on peut juste croire à la limite que vous avez une sale mine parce que vous avez trop fait la fête la veille (même si vous vous êtes couchée à 19 heures).

Je m’étais dis naïvement qu’au deuxième trimestre je n’aurais plus ce problème, que je trouverais toujours une place pour m’asseoir. Ah ah la bonne blague ! Mon ventre n’a pas beaucoup grossi et caché derrière mon manteau en laine ou sous ma grosse doudoune, il n’etait que peu soupçonnable. Il faut dire que les gens assis sont toujours très occupés à lire le journal, écrire des sms, ou… baisser la tête pour être sûr de ne croiser aucun regard.

Ca vous est certainement arrivé ce genre de situation un peu gênante où vous ne savez pas si la dame est enceinte ou juste un peu enrobée, et bien je crois que c’etait ma phase batarde. J’ai bien vu d’autres femmes feinter en ouvrant leur manteau pour exhiber leur bidon, mais moi perso en hiver j’ai froid alors je garde mon bidon bien au chaud.

J’ai bien tenté de parfois m’asseoir sur les strapontins jusqu’au jour où un « charmant » monsieur a décidé qu’il me ferait une leçon de morale toute en « délicatesse ». Je ne vais pas faire d’une généralité le comportement de ce monsieur, mais j’avais les larmes aux yeux par tant de méchanceté et d’incompréhension.

Bref, les jours suivants, j’avais bien envie d’aller quémander une place à ceux qui étaient assis dans le fameux carré des « places prioritaires » réservées aux mutilés de guerre, aveugles, invalides, infirmes, femmes enceintes, enfants de moins de 4 ans et personnes âgées de plus de 75 ans. Ma timidité et la frousse d’un refus ou d’une protestation m’ont largement freiné, quitte à ne pas me sentir bien au bout de 20 minutes debout à m’agripper à la barre.

Puis un jour fraichement pas réveillée, après une nuit extrêmement courte et donc bien fatiguée, inconsciente, j’ai pris mon courage à deux mains et je me suis lancée. De ma voix la plus douce j’ai demandé une place. A ma grande stupeur personne n’a levé la tête. Après quelques secondes une dame a eu l’air d’avoir pitié de moi et m’a finalement cédé sa place. Je me sentais presque coupable et je haïssais presque les 3 autres pour leur incivilité.

Voilà une aventure qui m’a à nouveau refroidi et pas vraiment poussé à recommencer.

Par facilité j’ai renouvelé l’expérience strapontin mais là même sketch avec un autre monsieur tout aussi « charmant » que le premier.

Il faut se rendre à l’évidence, prendre le métro enceinte n’est pas de tout repos !

Du coup je me suis mise à compter à rebours les jours qui me séparaient du jour où je n’aurais plus à aller bosser. Vous imaginez le manque de motivation qui m’a envahi juste après…

Jusqu’à présent, à plus de 6 mois de grossesse, aucune personne ne m’aura cédé spontannément sa place…

19 comments

Learn more about Sildenafil and how to buy it online in Europe and USA here: Sildenafil from Canada | Acquista Sildenafil da Italia | Sildenafil sans ordonnance en France | Sildenafil 100 mg Generika in Deutschland | Sildenafil online från Sverige

Princesse Pia © 2009-2019 - Tous droits réservés - All rights reserved.