You are currently browsing the Lifestyle category.

ZERO DECHET : FABRIQUER DES SACS A VRAC #DIY

Récemment l’entreprise Mondial Tissus à ouvert une boutique éphémère à Paris où l’on pouvait découvrir une large sélection de leurs tissus au mètre, de leur gamme de mercerie, mais aussi des mises en scène inspirantes sur la mode, la décoration, l’aménagement. Des ateliers de couture étaient aussi organisés.

Pour ma part j’ai été coachée par Couture Débutant pour réaliser une pochette d’ordinateur avec le tissu de mon choix. Ce fut une chouette occasion de découvrir comment manier une machine à coudre, de découvrir plusieurs techniques, mais surtout de prendre conscience que c’est un vrai talent !

A cette occasion j’ai pu récupérer des chutes de tissus* (merci Mondial Tissus !) pour mon petit projet.

En effet, dans une démarche zéro déchet, j’essaie petit à petit d’adopter de nouvelles habitudes de vie. Dans ce cadre, j’avais envie de me fabriquer des sacs à vrac pour faire mes courses au marché ou à l’épicerie bio sans devoir ajouter des sacs en plastiques ou des sacs en papier que je jette quasi instantanément en rentrant chez moi.

Comment fabriquer des sacs à vrac ?

Il s’agit d’un tutoriel pour celles et ceux qui n’ont pas de machine à coudre et qui veulent coudre à la main.

Matériel :

  • des chutes de tissus : il peut s’agit de chutes de tissus au mètre, mais aussi de vieux vêtements (tee-shirt, foulard). Il faut privilégier un tissu robuste mais léger pour ne pas ajouter trop de grammes sur la balance
  • du ruban : pensez au zéro déchet, on récupère sur des emballages cadeaux, on utilise dans son stock des couleurs peu utilisées…
  • des ciseaux, du fil, une aiguille

Comment faire :

1.

Dans votre tissu, découper des carrés ou des rectangles. Attention il en faut de toutes les tailles pour s’adapter aussi bien aux noix de cajou qu’aux courgettes.

Plier le en 2 pour reproduire la forme d’une pochette (le pli constitue le fond et vous avez pour le moment 3 bords ouverts).

Couper un morceau de ruban de taille suffisante (2 fois la largeur de votre tissu + de quoi faire un nœud).

2.

Dans l’intérieur de votre tissu faites un ourlet pour placer le ruban. Pour moi, le plus simple est de placer le ruban et bloquer le tissu avec des épingles à ôter au fur et à mesure de la couture.

3.

Une fois la première moitié d’ourlet cousue, vous pouvez bloquer le ruban en le nouant à l’aide d’une épingle à nourrice, puis procédez à la deuxième moitié.

4.

Toujours dans l’intérieur du tissu, assemblez les 2 parties latérales (s’arrêter à la limite de l’ourlet du ruban). Vos coutures seront invisibles et donc ça n’aura pas d’importance si votre point n’est pas parfait. C’est assez long à coudre à la main, mais ça se fait facilement devant un film ;-)

Retourner votre tissu. Faire un nœud au ruban. C’est fini !

Add a comment

BIEN CHOISIR SON BAGAGE CABINE

Allez viens, je t’emmène !

Vous aussi l’été vous semble déjà loin ? Le bénéfice énergie s’est déjà évaporé ? Vous vous demandez comment vous allez tenir cette longue année qui se prépare ? Du coup vous êtes déjà en train de préparer vos prochaines vacances et même des petits week-ends improvisés, sans enfants, soyons fous !

Nickel, ça a un effet bénéfice immédiat, la perspective de découvertes, d’expériences inédites, de rencontres boostent le moral.

Je suis passé à l’acte, j’ai sorti ma carte de crédit pour m’offrir un petit week-end sans homme ni enfants, pour passer des moments privilégiés avec mon frère.

Je prépare doucement ma liste des essentiels à ne pas oublier et des petites surprises à lui offrir.

Mais avant ça je dois trouver une valise cabine pour prendre l’avion, la mienne ayant bien vécue.

Avant tout, si vous prenez l’avion, il faut vérifier les dimensions et le poids autorisés par la compagnie aérienne (indiqués sur leur site ou sur votre billet de voyage). En effet ces normes ne sont pas universelles et peuvent grandement varier entre une compagnie low cost et une standard.

De manière générale je vous conseille de choisir :

  • une valise à roulettes dotée d’une poignée télescopique, pour éviter de la porter. Deux ou quatre roues, c’est selon vos préférences (tractation à plat ou de biais).
  • robuste, il vaut mieux payer un peu plus cher et la garder plus longtemps (coque rigide, ou semi-rigide)
  • la plus légère possible, pour respecter le poids maximum autorisé tout en pouvant la remplir
  • avec un cadenas TSA intégré, pour une fermeture sécurisée
  • pensez à ce que vous avez l’habitude d’emmener, le volume que cela représente et optez pour ce qui convient le mieux : une ouverture à 1 ou 2 battants

Voici quelques uns de mes coups de coeur :

Valise DELSEY Montsouris

Valise SAMSONITE Flux Spinner 55

Valise DAVID JONES Gloor

Valise AMERICAN TOURISTER Spinner 55

2 comments

GIACOMETTI, ENTRE TRADITION ET AVANT-GARDE

J’ai pu découvrir en avant-première l’exposition Giacometti, entre tradition et avant-garde au Musée Maillol à Paris. Elle se déroule du 14 septembre 2018 au 20 janvier 2019.

Une cinquantaine d’œuvres d’Alberto Giacometti sont exposées et mises en parallèle avec des œuvres d’artistes classiques ou modernes de son époque (Maillol, Rodin, Brancusi, Richier…). On y découvre les relations qu’ils entretenaient, les ressemblances, les inspirations, les styles qui évoluent.

C’est une vision intéressante sur les influences dans leur carrière d’artiste.

L’apprentissage de la tradition

Prenant son frère Diego pour modèle, Alberto Giacometti réalise son premier portrait en plâtre à l’age de 13 ans. Il continuera à réaliser des bustes sculptés ou peints de ses camarades de classe.

A 21 ans, il intègre l’Académie de la Grande Chaumière et suit l’enseignement de Bourdelle.

A 25 ans, il s’installe dans son petit atelier de 23m²  au 46 rue Hippolyte-Maindron (Paris) où il restera jusqu’à la fin de sa vie.

Il étudie et copie les arts primitifs, s’inspire particulièrement de détails de masques africains ou de totems.

Rencontre des avant-gardes

En 1930 (29 ans), il est membre du groupe surréaliste dont font parti Jean Cocteau et André Breton.

Il s’inspire des formes du cubisme et expérimente de nouvelles voies d’expression en s’éloignant progressivement de l’enseignement de Bourdelle. Il garde la figure humaine au coeur de son travail, il décompose les volumes et propose des perspectives différentes, entre figuration et abstraction.

Il rencontre des artistes comme Jacques Lipchitz, Henri Laurens, Ossip Zadkine.

Figure (dite cubiste) I – Alberto Giacometti / Baigneuse III – Jacques Lipchitz

Composition (dite cubiste) II – Alberto Giacometti / Accordéoniste – Ossip Zadkine

Le Couple – Alberto Giacometti

Continue Reading…

Add a comment

Princesse Pia © 2009-2019 - Tous droits réservés - All rights reserved.