Cadeau !

De la galère des transports en commun

J’ai la chance d’être enceinte.

J’ai la chance d’avoir un travail.

J’ai la chance (?) de pouvoir associer les deux.

Voilà, tous les jours c’est le même rituel, il faut aller au bureau. N’habitant (heureusement) pas en face du bureau, je dois prendre chaque matin les transports en commun.

A Paris, on appelle ça le métro.

Dès le début de ma grossesse j’ai compris que ça serait une galère.

Au premier trimestre j’avais beaucoup de nausées et j’étais facilement sujette à l’évanouissement. Quel bonheur de s’écrouler au milieu d’une rame bondée ! Bien sur à ce stade personne ne sait que vous êtes enceinte, votre ventre est ultra plat, on peut juste croire à la limite que vous avez une sale mine parce que vous avez trop fait la fête la veille (même si vous vous êtes couchée à 19 heures).

Je m’étais dis naïvement qu’au deuxième trimestre je n’aurais plus ce problème, que je trouverais toujours une place pour m’asseoir. Ah ah la bonne blague ! Mon ventre n’a pas beaucoup grossi et caché derrière mon manteau en laine ou sous ma grosse doudoune, il n’etait que peu soupçonnable. Il faut dire que les gens assis sont toujours très occupés à lire le journal, écrire des sms, ou… baisser la tête pour être sûr de ne croiser aucun regard.

Ca vous est certainement arrivé ce genre de situation un peu gênante où vous ne savez pas si la dame est enceinte ou juste un peu enrobée, et bien je crois que c’etait ma phase batarde. J’ai bien vu d’autres femmes feinter en ouvrant leur manteau pour exhiber leur bidon, mais moi perso en hiver j’ai froid alors je garde mon bidon bien au chaud.

J’ai bien tenté de parfois m’asseoir sur les strapontins jusqu’au jour où un « charmant » monsieur a décidé qu’il me ferait une leçon de morale toute en « délicatesse ». Je ne vais pas faire d’une généralité le comportement de ce monsieur, mais j’avais les larmes aux yeux par tant de méchanceté et d’incompréhension.

Bref, les jours suivants, j’avais bien envie d’aller quémander une place à ceux qui étaient assis dans le fameux carré des « places prioritaires » réservées aux mutilés de guerre, aveugles, invalides, infirmes, femmes enceintes, enfants de moins de 4 ans et personnes âgées de plus de 75 ans. Ma timidité et la frousse d’un refus ou d’une protestation m’ont largement freiné, quitte à ne pas me sentir bien au bout de 20 minutes debout à m’agripper à la barre.

Puis un jour fraichement pas réveillée, après une nuit extrêmement courte et donc bien fatiguée, inconsciente, j’ai pris mon courage à deux mains et je me suis lancée. De ma voix la plus douce j’ai demandé une place. A ma grande stupeur personne n’a levé la tête. Après quelques secondes une dame a eu l’air d’avoir pitié de moi et m’a finalement cédé sa place. Je me sentais presque coupable et je haïssais presque les 3 autres pour leur incivilité.

Voilà une aventure qui m’a à nouveau refroidi et pas vraiment poussé à recommencer.

Par facilité j’ai renouvelé l’expérience strapontin mais là même sketch avec un autre monsieur tout aussi « charmant » que le premier.

Il faut se rendre à l’évidence, prendre le métro enceinte n’est pas de tout repos !

Du coup je me suis mise à compter à rebours les jours qui me séparaient du jour où je n’aurais plus à aller bosser. Vous imaginez le manque de motivation qui m’a envahi juste après…

Jusqu’à présent, à plus de 6 mois de grossesse, aucune personne ne m’aura cédé spontannément sa place…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Related posts:

Ice-Watch Christmas
JE SUIS UN VENTRE SUR PATTES
WOMB FETE SES 1 AN

Étiquettes : , , , , ,

Posted in Grossesse, Maternité.

19 comments

19 Replies

  1. Paris est une jungle. Je pense que je peux compter sur les doigts d’une main les fois où on m’a spontanément cédé une place… Cependant, même si ce n’était pas évident pour moi, j’ai toujours demandé une place assise. J’ai essuyé deux ou trois refus (mais généralement un voisin choqué cède alors sa place). Et puis surtout, j’ai fini d’éviter le métro pour le bus, car non seulement j’avais la possibilité de le faire, mais surtout, la place assise était garantie. Mais les trajets étaient plus longs !

  2. c’est dingue comme les gens sont irrespectueux et égoïstes ! tu as bien fait de demander, ça de vrait même pas être à toi de le faire !

  3. Dur dur d’habiter la capitale, je comprends tes hésitations à demander une place. C’est quand même aberrant que les gens ne le proposent pas. Pour ma part, j’ai toujours laissé ma place dans les transports en commun ou aux caisses. Enceinte de 4 mois et demi, j’ai de la chance, je peux aller au travail en voiture. Grace aux hormones, je pleure déjà pour rien alors mieux vaut éviter le stress du matin. Bon courage à toi :)

  4. ma pauvre, la galère, je le vois très souvent. Pour ma part, je propose toujours ma place quand je vois parce que je suis parfois dans un bon bouquin lol mais n’hésite pas une seule seconde à me lever si on me le demande. J’ai même il y a quelques temps demandé à un jeune homme de laisser sa place à une jeune femme qui visiblement comme toi n’osait pas demandé que l’on lui laisse la place.
    Faut pas hésiter tu es dans ton droit
    bise et bon courage pour la suite

  5. Je ne suis pas surprise par ton récit les gens sont devenus égoiste, ils n’ont plus aucune éduction. Il n’y a pas que dans les cas comme toi, au spectacle, au ciné plus aucun respect pour rien. Bises miss

  6. Les gens sont vraiment des cons !
    Non mais sérieusement qu’elle manque de savoir vivre.
    Je dois avouer que j’ai déjà été confronté à l’interrogation enceinte pas enceinte ?
    C’est hyper délicat , du coup qd j’ai vraiment un gros doute je me lève sans rien demander et laisse la place libre .

    Tu ne devrais pas être gênée c’est à ceux qui font preuve d’incivilité de l’être !!!
    Courage, car e métro parisin est une vraie jungle

    Bizzz

  7. Je ne vis pas à Paris mais à Bruxelles, et comme toi, je prends tous les jours le métro…
    Ben, ce matin, j’ai pleuré, tellement il y avait du monde, des coups de coude dans le dos (j’ai réussi à protéger mon ventre). Les deux gars devant moi, assis, m’ont jeté un regard, on observé mon ventre puis, sont retournés à leur lecture… Pfff !
    Heureusement, il y a des jours où une place est libre (ouf) et parfois, certains laissent leur place d’eux-même… Mais, c’est vrai que c’est rare et que c’est toujours délicat de quémander une place !

  8. Je débute mon 6ème mois et je vis en Normandie, je travaille sur Paris, je fais le chemin tous les jours. Je prends un TER et la ligne 9 du métro. Je n’hésite pas à exhiber mon ventre (généralement une main dessus à travers le manteau suffit) et on m’a déjà laissé une place spontanément deux ou trois fois. Par contre moi je n’ai absolument aucun scrupule à demander une place plusieurs fois, même si une fois un mec voulait pas me laisser passer jusqu’à ce que je lui dise que j’étais enceinte et s’il voulait que je sorte mon échographie pour lui prouver… Je ne reste pratiquement jamais debout, alors un conseil : n’hésite pas, affirme toi ! Tu y as droit !

  9. Bien d’accord avec LA Prune. En montant dans mon train, j’ouvrais mon manteau, ventre en avant et je demandais poliment (mais d’une voix assurée) et avec le sourire de me céder une place : j’ai toujours eu une place assise, parfois pas forcément de bonne grace mais j’étais assise.
    Mon plan B en cas de refus c’est de menacer de leur vomir dessus (ce qui n’aurait pas manqué d’arriver si j’étais resté debout) et poser mon sac sur les genoux des mal-élevés bref, de faire un mini-scandale, mais je n’ai pas eu à l’utiliser…
    Par contre, je suis aussi agacée par ces femmes enceinte de pas beaucoup qui ne demandent pas mais poussent des soupirs et prennent des airs comme si on leur devait tout et ne disent même pas merci si tu leur cède ta place (du vécu) : une demande polie, un sourire, c’est pas non plus la mer à boire.

  10. Amandine Fév 23rd 2013

    Deux grossesses. Finalement j’ai compris : tu rentres dans le métro, tu te pointes, et tu demandes à t’assoir. Courage ;-)

  11. Coucou ma belle, moi à Bordeaux c’est le tramway mais c’est la même ! Pour mes 2 grossesses, on ne me cédait (parfois) la place qu’à partir des 2 derrniers mois et pourtant je t’assure que ma grossesse se voyait bien !
    Et comme j’aime pas m’imposer …
    A la caisse pareil, même à la caisse prioritaire, les gens te laissent pas passer lol
    Bises et bon courage ;)

  12. Oh c’est pas cool…; Mais je te comprends moi non plus je n’oserai pas. Pourtant tu es tout à fait dans ton droit de le faire!Surtout que l’on ne voit pas toujours quand une femme est enceinte ou non :s mais en tout cas, je ferai plus attention dans le métro :) bisous et bon courage :)

  13. oh tu me rappelles les mauvais cotes de la grossesse! je travaillais encore a nanterre a l’époque e tj’ia connu aussi la galere (surtout dans el rer A que ej rpenais a chatelet aux heures d epointe). je me rappelle meme qu’une fois, qq’un n’avait pas ete aimable du tout (ne voyant pas que j’etais enceinte) et ne voulant pas ceder sa place, et j’ai fondu en larmes…
    des bises et a bientot! repose toi bien

  14. Comme je suis contente d’avoir quitté tout ça avant de me retrouver dans cette situation… Et bien, j’ai l’impression que rien ne s’est arrangé, au contraire !
    C’est vrai que quand on doute si la femme est enceinte ou non, c’est très gênant et on n’ose pas laisser la place de peur d’offenser la personne si elle ne l’était pas. Alors dans ces cas là, ne pas hésiter à demander poliment.
    Je me souviens d’une amie enceinte qui prenait le bus et avait demandé une place prioritaire à un charmant monsieur qui lui a rétorqué « C’est pas de ma faute si vous êtes dans cet état là »… lamentable.
    Aujourd’hui je suis enceinte et bien heureuse d’avoir quitté ce milieu là et d’aller travailler en auto (j’ai momentanément arrêté le deux roues, vous comprendrez pourquoi).
    Bon courage, et impose-toi. Ca leur fera du bien de réviser quelques règles de savoir-vivre.

  15. il ne faut pas hésiter quitte à froisser les gens on sen fout, la priorité est a toi et ton bébé.
    Je te dis cela car jai vécu ma première grossesse sur paris. 3h de transport par jour, enceinte de jumeaux, personne ne me laissait de place, et moi qui faisait ma fière à pas vouloir demandé. Quelques fois des personnes sympa mon laisser leurs places, d’un air compatissant, bon j etais sur le point de mévanouir cetait cela ou l’arret de rame pendant une bonne heure ^^
    Bref a faire la fière j’ai accouché prématurément a 5 mois….. pour dire que a trop forcé cest pas bon.
    Un conseil (meme si on se connait pas et que je sais que des conseils t’en a sans doute a la pelle et que bien sur on ne les écoute rarement..) profites, repose toi, prend le bus pour etre assises et a la moindre fatigue arrête toi, car en soit le travail/les transport on sen fou. Cest bébé et toi la priorité.
    ps: aujourdhui jai quitté paris, vi en campagne comme on dis, et ne suis plus du tout stressé de la vie. bien contente davoir tout plaqué suite à cela.

  16. Moi j’avoue j’ose… Enfin parfois.
    Déjà comme il fait moins froid, j’ouvre mon manteau et je pose ma main sur mon ventre…
    Les gens hésitent mais il arrive qu’ils laissent leur place.
    Et si je sens que je vais vraiment mal, je demande si par folie quelqu’un pourrait me laisser un petit bout de fauteuil !
    Mais même en demandant aussi gentillement que possible avec une petite tête d’ange, certains refusent directement et te disent que la jeunesse c’est plus ce que c’était… Eh voui c’est pas gagné la courtoisie à Paris !

  17. Ce post est plein de bon sens

  18. Chouette que le petit bout de chou ait patiente9, tu as fais de jolie cliche9! J aime bacoeuup celle dans le fauteuil en couleur, la future maman est tre8s re9ussie et la dernie8re pour le cote9 ouvert vers l avenir qu elle propose!


Laisser un commentaire


Princesse Pia © 2009-2016 - Tous droits réservés - All rights reserved.