Cadeau !

Petit chalet entre amis, une experience désastreuse

Petit chalet entre amis est une soirée organisée plusieurs fois par an depuis mars 2007 au Chalet des Iles du Bois de Boulogne à Paris.

Pour ceux qui ne connaissent pas, le Chalet des Iles est un charmant et authentique chalet suisse offert par Napoléon III à son épouse l’impératrice Eugénie. Il est installé au milieu du lac du Bois de Boulogne, décoré de teintes pastels, il se mêle à la nature et aux animaux (canards, paons) et est doté d’une terrasse où il est extrêmement agréable de déjeuner en été. Un lieu cosy, intime, coquet, accueillant et chaleureux.

C’est un endroit que je connais très bien puisque j’ai eu la chance de le privatiser pour un évènement personnel, dont j’ai toujours gardé un bon souvenir et où je revenais avec plaisir.

Mais ça c’était avant que je fusse entrainée dans la soirée Petit Chalet Entre Amis.

Cette soirée se veut être un évènement glamour et décontracté pour des bobos parisiens entre 25 et 40 ans, bien dans leur peau et éloignés du bling-bling.

Les filles dégainent les robes, les talons et artifices, les hommes la cravate ajustée et les chaussures cirées, et nous voilà 13 copains/copines en direction du 16ème arrondissement.

On nous avait prévenu, mieux vaut arriver tôt. La soirée débutait à 23h, nous sommes arrivés vers 23h15. Enfin je dis « arrivés » je devrais préciser « arrivés dans la queue ». Ca se passe comme pour une discothèque, il faut faire la queue. Longtemps. Voire trop longtemps. Sauf si vous êtes VIP ou que vous avez assez de culot pour vous incruster dans un groupe près des barrières de l’entrée (visiblement c’est pas ce qui manquait ce soir là). Il nous aura fallu attendre 1h15 pour arriver devant le physionomiste. Et encore à ce niveau là on partait pas tous gagnants. J’y suis allée le 31 août, il faisait déjà froid, nous sanglotions tous et nous nous fîmes violence pour ne pas rebrousser chemin. Coute que coute. Parce qu’il vaut mieux mettre les chances de notre côté, les filles se sont mis en première ligne, ont mis en avant leur décolleté et avec des sourires ultra-brite nous sommes tous entrés.

Enfin je dis « entrés », je devrais plutôt préciser « entrés dans la nouvelle queue ». Parce que oui, encore une fois il faut faire la queue. Vous êtes sur la rive et pour vous rendre sur l’ile l’unique moyen est de prendre le bateau. Mais ici on rigole pas, vous êtes dans une soirée select, alors il vous en coutera 5€.

On a attendu 1h30, alors on est tous très impatients, on prend déjà des photos souvenirs et on s’empresse de les partager avec tous nos amis virtuels.

Youpi, on débarque sur l’ile ! Et là devinez ? Et bien oui, tous les gens qui faisaient la queue avec vous sur la rive se retrouvent à faire la queue sur l’ile pour payer l’entrée de la soirée ! Le tarif est tout simplement exorbitant : 35€ pour les filles, 50€ pour les hommes. Cette entrée vous donne droit à 10 consommations (boisson avec ou sans alcool et snack). A priori on se dit que l’entrée est chère mais qu’elle est rentable si on boit 10 verres d’alcool.

Arrivés sur l’ile, noire de monde, on se dirige tant bien que mal vers le bar. Là je vous passe la complainte, il faut faire la queue, se faire bousculer à droite et à gauche avant même d’atteindre l’endroit qui fait office de bar. A 00h30, il faut compter 20 minutes pour avoir un verre dans les mains. Je vous conseille immédiatement d’en prendre autant que vos mains pourront en contenir.

Arrivé à ce stade nous avons déjà perdu la moitié du groupe. On s’isole dans un coin moins mouvementé, histoire de mettre de l’alcool dans notre bouche et pas uniquement sur nos chaussures. La musique n’est pas géniale, d’ailleurs très peu de personnes dansent. Les gens déambulent, à la recherche de rencontres furtives, de connaissances d’école ou… je ne sais pas. Je ne me sens pas à ma place. M’en fous, moi je viens de dépenser 40€ alors je compte bien m’amuser un peu. Je danse, je fais rire mes copines, on se lance des défis, c’est pas si catastrophique.

Forcement tant d’activités ça donne chaud et surtout soif. Courageuse je retourne au bar. A 02h30, il m’aura fallu 30 minutes pour accéder au bar. L’unique bar de l’ile pour des centaines de personnes ! Quelle honte ! Une foule agglutinée sur la terrasse, qui tente de s’incruster par tous les moyens. On essaye de se détendre, de ne pas s’énerver, alors on fait connaissance avec ses voisins et on tente de relativiser la situation. Les barmans, pris de panique cessent régulièrement de servir pour faire intervenir les agents de sécurité qui s’efforcent de faire reculer la foule. A ce stade là on a presque envie de se servir tout seul. Mais non, on respecte, on patiente. Et là on n’a même plus le choix de la boisson, on a ce qu’il reste. J’ai pas fait tout ça pour rien alors je prends et je me faufile comme je peux hors de cette foule. Je rejoins ce qu’il reste du groupe. C’est indéniable, tout le monde en a marre. L’ambiance n’est visiblement pas à son paroxysme, tout est pesant autour de nous.

Il est 03h15, on décide de rentrer. De toute façon ils ne servent plus d’alcool à partir de 04h15 et même en faisant la queue maintenant on ne serait pas assuré d’avoir un verre. En chemin on tombe sur un panier de viennoiseries toutes chaudes, moment de joie, un mini pain au chocolat immédiatement englouti, par contre pas eu le temps de me resservir. Près de l’embarcadère, il y a un stand de frites mais à la vue de la queue on oublie instantanément l’idée d’en manger. Mon carnet de 10 tickets de consommation repart presque intact (7), faute de pouvoir les utiliser.

Là, on s’en doute, pas de surprise, comme à l’aller, il faut faire la queue pour prendre le bateau. Puis la queue pour avoir un taxi. Heureusement ils assurent les commandes et on a la bonne surprise de mettre un pied dans la voiture avec déjà 8€ au compteur. Bref, la soirée qui coute pas cher.

Je partage mon expérience car j’affectionnais particulièrement Le Chalet des Iles et qu’une telle dérive me dégoute. J’ignore si c’est Le Chalet des Iles qui est à l’initiative de ces soirées ou s’ils louent simplement le lieu à des organisateurs, mais la réputation du Chalet est véritablement entachée. La quête d’une rentabilité excessive semble être privilégiée au détriment de la convivialité et du plaisir de se retrouver entre amis dans un endroit magique.

Related posts:

Avant / après : la décoration d'une cour (phase 2)
J'ai tout cassé... et tout réparé !
LA POULETTE PRINCESSE PARTY

Étiquettes : , , , , , , ,

Posted in Humeur.

3 comments

Previous Post:   Next Post:

3 Replies

  1. Et tu as réussi à y rester chapeau ^^
    L’entrée est exorbitant je trouve (sûrement parce que je ne bois pas d’alcool) et pour les hommes c’est encore plus scandaleux. Et se battre pour arriver au bar c’est vraiment pénible.

    Je pense que si tu y a été jusque là c’est que ça devait être un véritable havre de paix… en espérant que ça le redevienne

    PS: tu as une très jolie écriture

    N’hésite pas à passer – des bisous ♥

  2. la vache ! en effet ça sent pas bon la bonne soirée ! c ridicule un bar pour 100 personnes !!

    bises !

    Princesse Pia Reply:

    @ Elofancy : peut être qu’à 100 personnes c’est faisable, là nous étions au minimum 600 !


Laisser un commentaire


Princesse Pia © 2009-2017 - Tous droits réservés - All rights reserved.