Cadeau !

[Cinéma] Une Séparation (Jodaeiye Nader az Simin)

Film iranien dramatique de Asghar Farhadi, avec Leila Hatami et Peyman Moadi.

Sortie le 8 juin 2011.

Ours d’Or du Festival de Berlin 2011, Ours d’Argent des meilleurs acteurs et actrices.

Synopsis :

Lorsque sa femme le quitte, Nader engage une aide-soignante pour s’occuper de son père malade. Il ignore alors que la jeune femme est enceinte et a accepté ce travail sans l’accord de son mari, un homme psychologiquement instable.

 

Le film n’est pas inspiré de faits réels mais grâce à un gros travail d’investigation du réalisateur il est très proche de la réalité actuelle. Il mêle rapports humains, religion, politique, justice, inégalités sociales, maladie… Malgré cela, l’histoire n’est pas propre à l’Iran, chacun peut être sensibilisé par un ou plusieurs aspects, y apporter sa propre interprétation et son point de vue.

Le réalisateur a déclaré « mon intention était de susciter des interrogations, c’est au spectateur de trouver des réponses« . Sur ce point il est indéniable qu’il a réussi. Le spectateur n’est pas un spectateur passif. Il est amené à analyser des situations, à décrypter des comportements, à s’interroger sur des dénouements … On est tenu en haleine pendant tout le film et bien qu’il dure 2h03 on ne voit pas le temps passer.

J’ai été surprise par la dynamique du film. Le rythme est saccadé, beaucoup de scènes courtes, de plans différents, le débit de paroles en iranien est rapide. L’ensemble donne une certaine impulsion aux évènements. Il nous permet d’apprécier l’atmosphère des situations, les ressentis des acteurs et l’impact dans leur vie.

J’ai particulièrement été touchée par la fragilité des relations humaines. Les déchirures que peuvent provoquer une séparation, la souffrance des enfants et de l’entourage, les difficultés à mener sa vie dans un contexte normé. Mais aussi touchée par l’amour, la volonté, l’entraide, la solidarité.

Je ne serais certainement pas allée de moi-même voir ce film, mais comme l’a dit Serge Kaganski -critique cinéma des Inrockuptibles- lors de l’avant-première, généralement les films qui reçoivent des prix comme l’Ours sont discutables, mais celui-ci mérite vraiment d’être vu.

Related posts:

Sara Baras Ballet Flamenco
J'ai testé le Photomaton Harcourt
Beaugrenelle Paris, the place to B.

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Posted in Culture.

6 comments

6 Replies

  1. Je ne connaissais pas, merci pour la découverte! à voir, donc ;)

    Princesse Pia Reply:

    @ Midori. : j’ignore si ce film est très médiatisé, mais il ne faut pas hésiter à aller le voir, vraiment

  2. A voir !
    De toutes les façons avec le cinéma iranien, israélien et libanais, nous avons généralement de très bonnes surprises !

    Princesse Pia Reply:

    @ M1 : je ne suis pas spécialisée dans ce domaine, mais il y a des sujets sur lesquels on est forcément sensibilisés

  3. Tiens je ne connaissais pas du tout ce film merci pour ce bon plan
    Bonne soirée
    M!!!!

    Princesse Pia Reply:

    @ Mari!!!! : bon film !


Laisser un commentaire


Princesse Pia © 2009-2017 - Tous droits réservés - All rights reserved.